Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A dedo, es bonito*

22 Janvier 2014 , Rédigé par Mathilde et Brice Publié dans #Uruguay

*En stop, c’est top


Au bord de la route, le pouce levé. Ca faisait bien longtemps que l’on avait oublié. Pas le temps de s’interroger « est ce que ça va fonctionner ? », que nous sommes déjà embarqués. Ayant envie d’une aventure qui nous permette autant de rencontres qu’à vélo, nous avons choisi el dedo. De taille et de formes différentes, des véhicules nous transportent à travers l’Uruguay sur plus de 1000km. Leurs propriétaires, pilotes généreux, font des guides hors-pair. En voici quelques traits :
Il y a les rois de la route : les camionneurs, haut perchés dans leurs monstres à roues sont de véritables compagnons de route. Ils s’arrêtent, ouvrent leur lieu de vie qu’est la cabine de pilotage, roulent à une allure raisonnable, nous permettant d’admirer les paysages, font un saut dans une guitoune de bord de route pour nous offrir une boisson fraîche. Ils nomment les monts, les endroits magnifiques, conseillent certaines randonnées et nous déposent dans les endroits stratégiques pour trouver un autre stop. Ils étaient le rêve de Mathilde : rouler en camion dans les grandes pampas du sud de l’Amérique. C’est devenu réalité dès notre premier stop.

Il y a les ouvriers : sur des petits trajets en véhicule d’entreprise, ils t’emmènent sans poser d’autre question que d’où tu viens. Volontiers curieux si l’on souhaite causer, clope au bec et paquet de gâteaux à proximité du levier de vitesse. Ils nous déposent en nous saluant d’un grand geste.

Il y a le vacancier brésilien : rencontré dans un camping, nous prenons la route ensemble le lendemain. Roulant au pas, prenant des photos tout en conduisant, posant des cris et faisant de grands gestes, mettant une marche arrière pour sauver une tortue qui traversait la route, hurlant de rire en racontant des histoires, mettant son album de Charles Aznavour à pleins tubes, trop fier de l’écouter en présence de français. Attachant lorsqu’il fut temps de lui dire au-revoir après 125km et 3 jours passés ensemble. Maintenant on comprend aussi le portuguais !

Il y a les babas-cool : au sens noble du terme. Ils voyagent en camion Wolfwagen ou en petite voiture, s’arrêtent avec un sourire et nous embarquent, ne serait-ce que pour 2km. Ils aiment la vie, la nature, travaillent dans une banque ou dans l’informatique, roulent au pas pour prendre le temps de savourer chaque instant, font un détour pour nous déposer à bonne destination dans un endroit perdu. Ils sont curieux et ouverts d’esprit, écoutent autre chose que du reggae et n’hésitent pas à s’épiler et à se maquiller.


Il y a les boulangers : à l’arrière du C15 chargé de pain, prenant la poussière des petites routes de terres, un conducteur qui parle et qui parle, et qui parle encore. Ou un couple, qui ne peut pas nous charger car nous ne prenons pas la même direction mais qui s’arrête pour nous offrir un kilo de pain.


Il y a le gros coup de bol : d’un village enclavé à une autre destination tout aussi perdue en une seule voiture alors que nous en supposions au moins 3 ou 4. Une vieille AX qui nous dépose au milieu d’un endroit de rêve, nous conseille la meilleure plage, nous présente à la famille, nous propose son frigo et sera notre ami / voisin pendant une semaine. Le matin de notre départ, il nous conduira sur la route, au bon endroit pour continuer en stop.


Il y a les business-man : ils rejoignent la frontière brésilienne à toute allure, s’arrêtent presque au frein à main, nous embarquent comme si l’on avait organisé un casse et ne parlent pas du trajet. D’une efficacité redoutable.


Il y a les vieilles voitures : celles dont on entend le moteur, dont les vitres et portes n’existent plus, dont la direction est fichue, dont les amortisseurs couinent si l’on roule sur un escargot mais dont les propriétaires sont de joyeux lurons.


Il y a les familles : chargées à bloc mais qui trouvent tout de même une petite place dans le bac de la fourgonnette.


Il y a l’homme pressé : celui que l’on n’attendait plus, après 2h30 d’attente au milieu de nulle part qui nous charge à l’arrière de sa camionnette et nous fait parcourir près de 200km à vive allure. On a l’impression d’être en moto, sans casque et de rouler à sens inverse, dos à la route, les cheveux ébouriffés. C’est grisant !


Il y a le temps d’attente maximum : 2h30 en bord de route sans aucune voiture (l’Uruguay est un pays désertique).
Il y a le temps d’attente minimum : 0 seconde, nous descendons d’une voiture à un stop, une autre s’arrête au même niveau et nous embarque.


Il y a un grand-père cynique, des livreurs de bois, un camion d’éboueurs, tous amis du bitume le temps de quelques kilomètres. Il y a toutes ces choses que l’on n’aurait pas pu savoir sans ce moyen de locomotion, toutes ces discussions futiles et ces moments forts.

Les bornes parcourues sur la route se transforment en kilomètres de rencontres dans nos têtes.

Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route
Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route

Cliquez sur une des photos pour les voir complètes et en diaporama. Bonne route

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
merci à vous de nous faire ressentir si bien, par le texte et les photos la force de vie,à l'aide d'un pouce, et qui se termine sur 4 roues. .Pour Mathilde, je ne m'empeche d'avouer des origines lointaines d'une grand mère qui voyageait en vespa avec la natte au vent et d'une grand mère et d'un grand père qui ont revé,tous les 2, à leur manière d'être conducteurs de camions... leurs rêves leur a certainement permis de prendre le large dans leur quotidien... et leur petite fille, mathilde vit ses cheveux au vent!!! MERCI
Répondre
N
Je trouve ça trop magic toutes ces routes qui se croisent pour un moment, qui s'accompagnent et puis s'éloignent ... point de rencontre sur une carte et dans le coeur.
Des très jolis moment dont vous nous faites une jolie narration !
Et vous êtes magnifiques, vous semblez tellement épanouis avec ces sourires qui font presque le tour de votre cerveaux ... voui bien sur on a envie de vous accompagner !
Répondre
M
C'est vrai que ces rencontres sont magiques, aussi uniques que ...... normales!!!
Nous,on a "covoiturage.com"!!!
Bien triste, ça, même si ça dépanne pas mal. Du "dedo" organisé. Il gagne en confort et en temps ce qu'il perd en en magie et en rencontres à l'improviste.... Mais bon!
Profitez bien de ces moments, pour nous les raconter et nous en faire profiter encore longtemps après votre retour!!!!
Répondre
N
Qu 'est-ce que ça me fait du bien de voyager avec vous.Beauté du texte,de vos visages,des photos....ça donne envie...
Répondre